Quels aliments provoquent une fausse couche?

Vous avez une belle nouvelle parce que vous êtes enceinte. Avec votre partenaire, vous pouvez alors fonder une belle famille, mais après l’euphorie, vous devez céder le pas à la vigilance.

En effet, vous pouvez rapidement devenir la cible d’un problème de santé si vous ne faites pas attention, notamment avec vos repas. Les médicaments ne sont pas les seuls à mettre de côté car les aliments qui causent la fausse couche sont également réels.

Ce n’est pas un mythe, certains produits devraient être exclus du quotidien jusqu’à la livraison.

Une liste de 5 aliments à éviter

Contrairement aux idées reçues, ce sont des produits que vous rencontrez très régulièrement, et il faudra analyser tous les menus, surtout si vous mangez au restaurant. À la maison, c’est toujours plus facile de rester vigilant car on sait ce qu’il y a dans les recettes, mais c’est différent au restaurant. Il est impératif d’être vigilant car vous risquez une fausse couche.

– Mettez de côté les œufs crus, ces ingrédients ont besoin d’être cuits, soyez donc prudent avec certaines recettes comme la mayonnaise ou les smoothies.

– Le fromage à pâte molle est un aliment de fausse couche, vous avez donc de la feta, du roquefort ou du brie car ils peuvent contenir de la listeria.

– La viande crue est également problématique à cause des parasites, veillez à bien la cuire et même à la griller.

– Le foie est également à bannir à cause de la vitamine A qui a souvent un impact négatif sur le développement de l’enfant. En raison de Listeria, vous avez également du lait non pasteurisé.

Vous devez adopter ce régime pour éviter les fausses couches, et la suppression de ces ingrédients est finalement assez simple. Cependant, il convient de faire attention aux manquements, d’où l’intérêt d’une observance par le médecin.

L’ananas se distingue pendant la grossesse

Il existe maintenant des applications qui répondent facilement à cette question : quels aliments peuvent provoquer une fausse couche? Vous photographiez votre repas et vous avez immédiatement des ingrédients à retirer et des aliments que vous ne pouvez pas manger. Il vous faudra alors éliminer tous les plats de viande du quotidien, notamment ceux qui ne sont pas cuits, mais cela vaut aussi pour la charcuterie. Cette dernière est souvent nocive pour le fœtus au même titre que la germination des pommes de terre.

La bromélaïne

Il y a aussi des fruits qu’il faut éviter au maximum, et certaines femmes enceintes ont une réelle méconnaissance de ces aliments, même si les conséquences sont néfastes. L’ananas et la grossesse ne font pas bon ménage à cause de la bromélaïne. Parfois, vous aurez des crampes abdominales et des douleurs après l’ingestion, ce qui peut entraîner un accouchement ou une fausse couche. Il vaut mieux éviter l’accouplement d’ananas et les débuts de grossesse.

Qu’il soit cuit ou frais, il faut l’éviter car l’ananas et la fausse couche sont liés et ce n’est pas un mythe. N’hésitez pas à consulter votre médecin ou même un diététicien en début de grossesse, il peut vraiment vous aider à privilégier certains aliments et à en rejeter d’autres. Par exemple, l’ananas et la fausse couche sont liés, tout comme la pêche. Ce dernier peut être responsable des saignements abondants qui provoquent ce drame dû aux activités répétitives.

Vous avez également des papayes non mûres dans le même registre. La papaïne est responsable de cette situation, qui peut entraîner une fausse couche en début de grossesse ou un accouchement prématuré. De plus, certains enfants peuvent souffrir d’une anomalie plus ou moins sévère.

Attention au moringa pendant la grossesse

Certains aliments sont considérés comme des « super aliments » quotidiens mais perdent leur caractère bénéfique pendant la grossesse.

Par conséquent, le moringa et la fausse couche sont également liés selon certains experts en raison de la partie de la plante.

Les feuilles sont souvent consommées par les femmes à la recherche d’un effet contraceptif, et vous vous rendez sans doute compte que cela peut avoir des conséquences sur le fœtus.

Par conséquent, prendre du Moringa pendant la grossesse revient à prendre une pilule contraceptive. Pour cette raison, vous devez revoir complètement votre alimentation dès que la grossesse est approuvée. Des recherches ont également été menées sur les graines, les tiges et les racines qui seraient nocives pour les femmes enceintes.

Ils peuvent être influencés par les laxatifs et les troubles digestifs.

Par conséquent, vous devez éviter au maximum de consommer du Moringa pendant ces neuf mois, la santé de votre bébé à naître en dépend.

Autres ingrédients à éviter en cas de fausse couche

Si vous cherchez d’autres aliments pour fausse couche, vous pouvez vous concentrer sur l’Aloe Vera. Cette herbe est souvent appréciée pour ses nombreux bienfaits, mais peut entraîner des hémorragies pelviennes pendant la grossesse. N’hésitez pas à demander conseil à votre gynécologue, il aura les compétences pour vous renseigner et un diététicien pourra également vous accompagner.

– Evitez de manger du melon amer, les hémorragies sont également à craindre au même titre que les crampes.

– La grenade est à éviter en début de grossesse, elle provoque des fausses couches. – Les graines de sésame peuvent être liées à une fausse couche si elles sont consommées régulièrement. L’orge favorise également les contractions.

Vous avez maintenant une longue liste de moyens d’améliorer votre régime alimentaire et de le rendre moins dangereux. En cas de doute, évitez de consommer ces produits et renseignez-vous notamment sur les utilisations spécifiques. Votre instinct est souvent approprié pour éviter les aliments susceptibles de provoquer une fausse couche. Si vous avez consommé un produit « interdit », pas de panique, mais une surveillance sera nécessaire.

Si vous présentez des symptômes, votre gynécologue peut ordonner un examen.

Comment reconnaître une intoxication alimentaire?

Si vous avez mangé des aliments « interdits » ou si votre repas n’était pas très frais, les conséquences de la grossesse peuvent être problématiques. Comme nous l’avons identifié, votre médecin peut effectuer des tests supplémentaires pour identifier la cause. Il faut cependant apprendre à reconnaître rapidement une intoxication alimentaire dont l’incubation varie de 2 à 5 jours selon les situations.

– Vous pouvez remarquer une diarrhée, des douleurs abdominales et même des vomissements, ainsi qu’une fièvre. Dans l’ensemble, les symptômes de cette intoxication alimentaire sont similaires à ceux diagnostiqués dans la gastro-entérite.

– Des complications sont possibles chez la femme enceinte, notamment en cas de très forte déshydratation. Certains aliments comme la viande avec du poulet et du porc sont en jeu.

Bien cuire les aliments

Pour cette raison, vous devez toujours bien cuire tous vos aliments afin d’éliminer toute bactérie pouvant être à l’origine de ces intoxications. Vous devez faire attention à ne pas le réfrigérer pendant la grossesse et faire très attention si vous mangez au restaurant ou avec des amis. Regardez attentivement le menu et demandez à votre hôte quels sont les ingrédients du plat. En cas de doute, évitez de manger, ne vous forcez pas car les conséquences peuvent être catastrophiques, surtout si l’intoxication alimentaire s’aggrave. Il est préférable d’éviter tout comportement à risque pendant neuf mois.

Vous pouvez alors vous en priver pendant quelques mois seulement, ce qui est bénéfique car une seule erreur suffit pour que les conséquences soient catastrophiques pour vous et votre bébé à naître. Certains aliments affectent le développement de votre bébé. Si vous présentez des symptômes ou si vous avez le moindre doute, n’hésitez pas à consulter votre professionnel de la santé, même s’il ne décèle aucun problème. Mieux vaut être à l’aise que vivre avec le stress.

Pourquoi certains aliments peuvent provoquer une fausse couche?

Avant la 15e semaine de grossesse, les fausses couches qui surviennent malheureusement ne sont généralement pas liées à l’alimentation. En effet, à ce stade, les principales raisons sont les suivantes :

– anomalies chromosomiques, telles que chromosomes manquants ou supplémentaires

– malformations utérines, congénitales, cicatrisation, myome.

– Causes immunitaires liées aux anticorps maternels.

Après ces 15 semaines, on parle de la mort du fœtus dans l’utérus. Des anomalies chromosomiques ou immunologiques peuvent toujours en être la cause, mais l’ouverture du col et le risque d’infection sont d’autres facteurs de risque. Par conséquent, certaines infections peuvent trouver leur source dans l’alimentation des femmes enceintes. C’est pourquoi nous disons en bref que certains aliments peuvent provoquer une fausse couche ou du moins augmenter le risque de fausse couche. Cela est particulièrement vrai avec la toxoplasmose. L’infection est moins grave si vous êtes infectée au cours du dernier trimestre de la grossesse. Cette pathologie est transmise par un parasite que l’on retrouve dans la viande crue et le sol. Les chats sont très souvent porteurs sains de la toxoplasmose et peuvent aussi la transmettre par leurs selles. Alors si vous n’avez pas été vacciné avant la grossesse, ne nettoyez pas vous-même la litière de votre chat, faites attention à la cuisson de votre viande et lavez bien vos légumes. S’il n’y a pas de fausse couche due à la toxoplasmose, rien ne garantit que votre bébé ne se développera pas correctement. La vigilance est donc fortement recommandée.

Listériose

Une autre maladie liée à l’alimentation est la listériose. Encore une fois, les aliments crus sont à l’origine du problème. Ils peuvent contenir une bactérie appelée Listeria. Il vit aussi bien dans l’eau que dans le sol et les plantes. De plus, il est capable de prospérer même si vous conservez vos aliments au réfrigérateur. La listeria ne change pas le goût des plats. C’est donc très difficile à voir. Par conséquent, il est préférable de renoncer à certains aliments pendant la grossesse. C’est notamment le cas des produits laitiers à base de lait cru, de charcuterie, de graines germées et de fruits de mer crus (poissons, crustacés, sushis et sashimis, surimi, huîtres, etc.). En gros rappelez-vous que vous devez absolument manger des plats cuisinés pendant la grossesse.

Certains fruits se distinguent également par leur composition chimique. En effet, certains composants peuvent provoquer des contractions utérines. C’est notamment le cas de la papaïne contenue dans la papaye, qui agit comme l’ocytocine et la prostaglandine, provoquant des contractions. Idem avec l’ananas et l’aloès, même si aucune étude ne l’a prouvé pour ce dernier.

Quels aliments manger en début de grossesse?

Vous commencez à vous dire que ça va être compliqué de bien manger pendant la grossesse. Un régime de pâtes et de jambon durera 5 minutes. Je peux vous assurer qu’il n’est absolument pas question de manger juste ça. En début de grossesse, le plus gros obstacle en termes d’alimentation sera le jonglage de ces fameuses nausées. Le conseil que je vais vous donner est d’être à l’écoute de votre corps et de ses envies. Cela vous donnera les clés pour savoir ce que votre estomac tolérera. En règle générale, il s’agit souvent de repas froids car ils dégagent moins d’odeurs qui peuvent vous dégoûter.

Nausées et vomissements

Après ce souci de nausées et de vomissements, mangez normalement en terme de quantité. Quand on est enceinte, il ne s’agit pas de manger deux fois plus, mais deux fois plus. Par conséquent, adoptez une alimentation équilibrée qui comprend de l’amidon, des légumes et des protéines. Quant aux légumes, il faut bien les laver, quitte à les rincer à l’eau vinaigrée. Cela réduira le risque de contracter des maladies telles que la toxoplasmose et la listériose, responsables de fausses couches et de malformations fœtales. Même risque pour la viande et le poisson. Il doit donc être bien cuit. Vous pouvez oublier le tartre et le poisson cru. Et pour les produits laitiers, notamment les fromages, privilégiez les fromages à pâte dure pasteurisés comme le Gruyère. Pour le reste, le seul mot d’ordre est la satisfaction gustative.

Premier trimestre de grossesse

Cependant, durant le premier trimestre de la grossesse, les fruits et légumes sont recommandés. En effet, vous avez un besoin important en vitamines et minéraux pour que votre bébé puisse produire correctement tous ses organes. Alors abusez des aliments riches en vitamine C, en fer et en folate. L’acide folique se trouve dans les légumes comme les épinards et les choux de Bruxelles, les légumineuses aux lentilles, les pois, les châtaignes et les pois chiches, les noix séchées aux amandes et aux noix. Pour le fer, vous pouvez consommer de la spiruline (algue), du sésame et du soja. Pour la vitamine C, dégustez le paprika, le cassis, le kiwi et encore les choux de Bruxelles.

En termes de portions, qu’est-ce que cela vous donne?

Pour les produits laitiers, 3 parts par jour suffisent pour répondre aux apports recommandés pour une femme enceinte. Vous pouvez varier les sources en alternant lait, yaourt et fromage à pâte dure. Pour les protéines, 2 portions par jour sont à privilégier. Là encore, vous pouvez alterner avec, par exemple, de la viande blanche ou du poisson, mais pas cru, bien sûr. En ce qui concerne les légumes à feuilles, prenez à nouveau 2 portions par jour. Là où il y aura le plus de portions à prévoir dans votre alimentation, ce sont les céréales. On parle de 6 voire 7 parties par jour. Pain, gruau, riz, féculents, heureusement, le choix est assez large. Enfin, le côté sucré c’est 3 fruits par jour.

Maintenant que vous savez tout, préparez simplement votre menu. Pour vous aider, n’hésitez pas à chercher sur Internet. Des menus standard sont disponibles et sont facilement disponibles.

Quel est le risque de consommer de l’alcool pendant la grossesse?

Je vous ai surtout parlé sur ce site des aliments qui peuvent être responsables d’une fausse couche, mais pas seulement votre alimentation doit être surveillée. La consommation d’alcool par les femmes enceintes doit également être évitée. En effet, quelle que soit la quantité d’alcool consommée, la quasi-totalité de son contenu passera dans le sang du bébé, et les conséquences peuvent être irréversibles. Les troubles peuvent varier. Certains bébés naissent avec des difficultés de comportement mineures, telles que des difficultés de langage et d’apprentissage. D’autres seront moins chanceux du TSAF (trouble d’alcoolisation fœtale) jusqu’au syndrome d’alcoolisme fœtal (SAF) avec des anomalies beaucoup plus graves et invalidantes. Un enfant sur 1000 est concerné par ce syndrome. Il peut s’agir d’une malformation du visage et du crâne, avec pour conséquence un retard de croissance, une dyslexie/dyspraxie, des troubles de l’attention et de la mémoire. Ils surviennent encore chez 50 % des enfants qui ont abusé de l’alcool pendant la grossesse. Par conséquent, une abstinence complète est recommandée. Si vous rencontrez des difficultés avec cette restriction, n’hésitez pas à demander l’aide de professionnels de santé ou d’associations.

Il convient également de noter que cela s’applique à tous les types d’alcool, qu’il s’agisse d’alcool fort ou non. Donc, la partie est le cidre, la bière et le vin. Il ne s’agit pas de la quantité d’alcool, mais de la molécule qu’il contient. Dans ce cas, on parle d’éthanol. C’est elle qui est dangereuse pour votre bébé que vous portez dans votre ventre.

Attention à cette perte de sang

La fausse couche peut être diagnostiquée dès les premiers mois de grossesse et est souvent une source de stress et d’anxiété pour les femmes. Cependant, pour vous rassurer, n’hésitez pas à consulter un spécialiste.

– Dès que vous constatez des pertes, qu’il s’agisse de recettes d’anniversaire ou non, n’hésitez pas à vous rendre aux urgences ou chez le médecin.

– Un diagnostic rapide permettra notamment de vérifier que votre bébé est toujours en bonne santé.

Articles Liés

Les derniers articles